La descente de La Mellinet en D1 entérinée il y a quelques jours a de lourdes conséquences pour l’AS Sud Loire et le FC Presqu’île Vilaine qui, par ricochet, sont relégués à l’étage inférieur.

La relégation de La Mellinet de R3 en D1 fait des malheureux chez certains clubs de district directement impactés par cette décision. Pour des faits qui se sont déroulés le 24 mars, le club nantais a eu la confirmation de sa sanction du 22 mai par la commission supérieure d’appel de la FFF le 12 juillet. Sa descente en D1 a porté à cinq le nombre d’équipes de Loire-Atlantique reléguées de ligue en district à l’issue de la saison 2018-2019. Ce qui entraîne non pas dix mais onze formations reléguées de D1 en D2. La commission départementale de gestion des compétitions a ainsi publié un procès-verbal faisant état d’une relégation supplémentaire dans les championnats de D1, D2 et D3 en se basant sur le règlement.

Double dose pour le Presqu’île Vilaine FC

Deuxième plus mauvais neuvième de D1, l’AS Sud Loire enchaîne donc une deuxième descente consécutive. Pour le FC Presqu’île Vilaine la note est aussi très salée puisque son équipe fanion chute en D3 au titre de plus mauvais neuvième de D2 et sa réserve file automatiquement en D4. « On apprend ça le 22 juillet. J’ai récupéré deux bons joueurs et je garde tout le monde. Le club aspirait à faire quelque chose cette année. A cause d’une bagarre qui ne nous concerne pas, on est pénalisé. On marche sur la tête. C’est une aberration », lâche Christophe Nouvel, le nouveau coach du FCPV. Une grosse douche froide en pleine canicule…

Crédit photo : AS Sud Loire