Victimes collatérales de la rétrogradation de La Mellinet en D1, l’AS Sud Loire et le FC Presqu’île Vilaine se sentent injustement pénalisés. Les présidents des deux clubs regrettent qu’une sanction disciplinaire prise contre un club aient des répercussions sur d’autres non concernés.

L’AS Sud Loire et le FC Presqu’île Vilaine ont reçu confirmation le 22 juillet que leur équipe fanion respective glisserait d’un cran en raison de la rétrogradation de La Mellinet en D1. L’ASSL expédiée en D2, le FCPV balancé en D3 poussant sa réserve en D4. Pure et simple application du règlement concernant la gestion des compétitions seniors. Pour les deux clubs concernés, bien sûr, la pilule est dure à avaler.

« Après avoir fait appel de cette décision et s’être déplacé au siège du District pour exprimer notre sentiment d’injustice quant à cette application de la loi sans un minimum de bon sens auprès du président M. Martin et face à la commission compétente, le District confirme notre relégation », a écrit le 26 juillet sur le site officiel de son club Martial Dubois le nouveau président du FC Presqu’île Vilaine.

« Un groupe à treize ? »

« On sera prochainement convoqué par la commission d’appel de la Ligue, informe Sébastien Gendron, le président de l’ASSL. On descend à cause d’un problème qui concerne La Mellinet. On veut faire passer un message dans le sens que ce qui nous arrive pourrait arriver aussi à d’autres clubs. On ressent un fort sentiment d’injustice. Beaucoup de dirigeants et de bénévoles sont dégoûtés. Cette décision est arrivée tardivement. On a proposé de créer un groupe de D1 à treize équipes exceptionnellement car on est une victime collatérale d’une sanction disciplinaire prise contre un club et nous ne sommes pas concernés. »

« Des points de pénalités pour la saison prochaine ? »

« Si notre démarche n’aura pas été suffisante aujourd’hui, ne peut-elle pas servir pour les années futures ?, s’interroge Martial Dubois. Une sanction disciplinaire contre un club ne doit pas impliquer les autres clubs qui font le maximum pour transmettre les valeurs du sport et du respect. Le règlement doit changer car cela pourrait se reproduire à l’avenir encore une fois contre nous et ou d’autres clubs. Pourquoi ne pas imaginer que les clubs sanctionnés restent au niveau où ils sont mais avec les points de pénalités acquis comme handicap pour la saison suivante ? Il existe forcément d’autres manières de combattre ce fléau de la brutalité sur nos stades sans que cela ait un impact sur les autres clubs. »

Des éléments qui pourront faire l’objet de pistes de réflexion ou de propositions concrètes à soumettre lors de la prochaine assemblée générale du District et de la Ligue à la rentrée.

Crédit photo : FC Presqu’île Vilaine