En partenariat avec Kop West /Hit West, l’information des clubs de la région du lundi au jeudi à 19H30

Le FC Bouaye a vécu un début de saison difficile, mais depuis décembre la courbe s’est inversée. Retour sur une des chevilles ouvrières de l’équipe ,Léo Manceau , 26 ans, défenseur central.

Comment avez vous découvert le foot?

Mon père était footballeur, j’ai donc grandi avec ce sport à la télé le dimanche. Un copain y jouait et m’a motivé à m’inscrire. Je pratiquais le tennis déjà depuis 2 ans (commencé à 5 ans), mais j’ai tout de même souhaité faire également du football, qui est devenu mon unique sport vers quinze ans, j’ai du faire un choix difficile, mais le côté collectif l’a emporté.

Où avez vous joué ?

J’ai commencé le football en débutant deuxième année, à sept ans il me semble, au FC Bouaye. A 18 ans j’ai intégré les seniors durant une saison avant de partir chez le voisin, le FC Brains/Boiseau, rejoindre notamment Jean Michel Olivier. Il m’avait coaché pendant trois ans en U17 et de plus, c’est un proche. Nous jouions en PH. Trois saisons plus tard dont la dernière très partielle, pour cause de voyage longue durée, je décide de revenir au bercail en août 2015, un peu influencé par de nombreux copains du club, dont certains avec qui je joue depuis le plus jeune âge.

 Quels ont été les bons moments en école de football?

Il y en a un paquet. Nous avons eu la chance d’avoir une génération de grande qualité, et qui est devenue un vrai groupe de copains au fil des années, de plus soutenu par une super équipe de parents et d’éducateurs. J’ai de très bon souvenirs.

Mon top 5:

 1 – En Benjamins, en finale régionale, une véritable « épopée » qui nous a vu tomber en finale contre le SCO d’Angers. j’en profites pour faire une dédicace à Yves Devedec, éducateur de l’époque et resté plusieurs années au club. 

2 – En moins de 15 ans devenu U17, une finale lors de l’Eurofoot de Vigneux. Nous avions bien rigolé car nous étions sans coach et très juste au niveau effectif. Nous étions devenus les mascottes du speaker.

3 – Tournoi ( Eurofoot de Vigneux) où j’ai également été élu meilleur joueur (l’année d’avant il me semble).

4 – En moins de 13 ans, une finale départementale gagnée contre le FC Nantes, génération d’un an de moins que nous mais quand même .  

5 – Les U17, c’est clairement nos 2 années où nous avons joué au plus haut niveau que nous pouvions, je pense. 


Voilà pour les beaux souvenirs collectifs et individuels. 
Petite dédicace à Alexandre, Steven, Alexis, Simon, Val, Kenny et Max qui ont en commun avec moi d’avoir participé à tous ces événements.

Vous avez évoqué un voyage longue durée, où êtes vous allé ?

C’était un voyage en Australie effectué à deux avec mon cousin pour découvrir au maximum le pays. Au programme: « road trip », helpx (travail bénévole chez des australiens contre logement et repas), matchs de cricket et de football Australien, travail dans les fermes et les vignes (pour se financer), auberges de jeunesse, une belle expérience qui ouvre la tête.

Et sur le plan professionnel?

Je suis contrôleur de gestion industriel à la Laiterie Saint Père à quelques kilomètres de chez moi.

Qui évoluent avec vous dans la ligne arrière au FC Bouaye?

Les centraux qui m’accompagnent sont en général Alexis Prou, alias « Tonton », capitaine de l’équipe, quasiment le même parcours que moi (il a du commencer en benjamins) et meilleur pote associé à Maxime Sorin, le « totem », formé au club, avec qui nous n’avons pas perdu depuis qu’il a intégré la première cette année. Les 2 latéraux qui complètent la ligne: Max Perrais, alias « Zizou », qui joue très souvent « au mental » (pour cause de samedis soirs difficiles) et Kato, le « vieux » de l’équipe, qui doit être à une dizaine d’années de présence au club.

Quels sont vos objectifs?

Après notre début de saison atroce (5 défaites), nous avons réussi à bien remonter. Le podium serait un bel accomplissement. A plus long terme, le top serait de connaître la joie d’une montée seniors avec l’équipe actuelle. Sur le groupe de 17 18 joueurs en premières, nous devons être douze ou treize joueurs formés au club. Les autres qui nous ont rejoint se sont très bien intégrés. Cela donne une ambiance positive et je suis persuadé que nous avons le talent pour monter. Il reste à en faire un vrai objectif collectif. Ce serait une belle histoire!

Crédits Photos FC Bouaye – Léo Manceau